Jean-Paul Klée via Poezibao : « Avant la fin de tout » (fragments)

 

[…]

***
jeudi 30 Novem (chez moi, midi 15)
Il y a en France (la radio) 30 milliers de personnes SDF c’est-à-dire 3 fois la ville de Saverne. J’en connais un, prénommé Daniel (ex-agent d’entretien d’un collège) & qui, aimant la poësie, passait me voir les samedis à la librairie BF qu’Armand Peter tenait (à Strasbourg) rue Ste-Hélène. Son état s’est aggravé. Il dort (me semble-t-il) dans une pelouse derrière la CUS (nouvelle mairie). Il est, le pauvre, de plus en plus pouilleux (dégradé) rempli d’ombres et de haillons, se tient courbé (à demi debout) la tête baissée quasi « dansant » & dans un tel état repoussant k’il ne peut sûrement plus adresser un seul mot à personne ?.. Il aime beaucoup le romancier Claude Boulder (Pierre Claudé) qu’autrefois je pübliais dans l’Almanach du Messager boiteux. Son ton est resté (récemment) courtois & cultivé, il vous posait sans arrêt des questions sur vous seul & chaque fois je l’aidais un peu. L’autre jour dans les DNA sur la liste « SDF décédés dans la rue » [à Strasbourg] j’ai lu un prénom « Daniel » & j’ai cru que c’était lui. Non : il vit encor (je l’ai vü avant-hier près de l’abribus habituel). Si j’étais François d’Assise ou l’abbé Pierre, je le prendrais dans mes bras & le logerais dans un endroit de mon quatre-pièces si encombré d’archives & bouquins…. Hélas non, je ne suis pas « meilleur » que le « commun » (si vulgaire) des mortels !…
Parfois (m’a-t-on rapporté) ledit Daniel fait en pleine rue une crise de colère & hürlements. Si ça düre trop longtemps, quelqu’un fait venir un médecin ou les pompiers (le SAMU). Il y a aussi avenue de la Marseillaise un Africain (déjà âgé) qui (debout) avance à très petits pas & il parle pour lui seul & a dans les mains une Bible souillée de boisson ou de nourriture. « Et après ?.. » dirait (en soupirant) cette connaissance qui vit dans les Vosges du Nord & si souvent me « pourrit » la vie au téléphone. (Ah bon, de qui voulez-vous parler) ?..
***

[…]

Tiré de Jean Paul Klée : Avant la fin de tout (fragments) [série de carnets débutée le 3 novembre 2017 ]
Jean-Paul Klée a confié à Poezibao – site incontournable pour qui s’intéresse à la poésie – des extraits de carnets qu’il a commencé de tenir le quatre novembre 2017 et qu’il devait tenir si j’ai bien compris  juqu’à la Noël.  Le site de Florence Trocmé a publié en feuilleton une suite de pages issues de ces carnets que le poète a titré Avant la fin de tout, dans une transcription de Mathieu Jung, approuvée par Jean-Paul Klée. Au moment où je mets en ligne étaient parus cinq extraits. Je ne sais pas s’il y en aura d’autres. J’espère que cela ne s’arrêtera pas là. Je vous invite à les découvrir. Vous y retrouverez ce mélange détonnant de tragique et de verdeur qui caractérise Jean-Paul Klée ainsi que la graphie singulière par laquelle s’expriment ses intonations. Je salue en même temps le passage d’une écriture, du petit carnet « importé de Chine via Copenhague » au web via Poezibao.
J’ai évoqué Jean-Paul Klée à plusieurs reprises. On pourra retrouver  Jean-Paul Klée : Roi-du-Rhin et Aller-retour à Kehl avec deux poèmes de Jean-Paul Klée
Mes remerciements à Florence Trocmé.
Print Friendly, PDF & Email
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Ce contenu a été publié dans Littérature, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *