Lectures franco-allemandes sur 14-18 / 9. « Jahrgang 1902 » (« Classe 1902 ») d’Ernst Glaeser

© Pierre Buraglio "Rosa et Karl" 2011 - sérigraphie montée sur châssis et rehaussée - 46 x 38 cm - Courtesy l'artiste / Galerie Catherine Putman (Paris)

© Pierre Buraglio « Rosa et Karl » 2011 – sérigraphie montée sur châssis et rehaussée – 46 x 38 cm – Courtesy l’artiste / Galerie Catherine Putman (Paris)

Après la contribution de Peter Brunner sur l’autobiographie de Carl Zuckmayer de Hesse rhénane, l’ évocation par Daniel Muringer des Cahiers d’un survivant de l’alsacien Dominique (Dominik) Richert, puis Erich Maria Remarque avec Im Westen nichts Neues par Catharina Lovreglio; et Le temps retrouvé de Marcel Proust par Bernard Bloch, puis Fiesta (Le soleil se lève aussi) d’Hemingway par Jamal Tuschick, suivi de Erziehung vor Verdun d’Arnold Zweig lu en allemand mais décrit en français par Pierre Foucher (l’édition française est épuisée) et la lecture par Kristin Schulz des Orages d’acier d’Ernst Jünger, le commentaire de Paul Valéry par Bernard Stiegler, aujourd’hui : Jahrgang 1902 (Classe 1902) d’Ernst Glaeser par Thomas Lange. Demain, « La sentinelle tranquille sous la lune » de Soazig Aaron par Diane Buchmann

Thomas Lange :
Ernst Glaeser, « Jahrgang 1902 »

Aus der Perspektive eines 12 – 16jährigen erzählt der Autor, der selbst zu diesem Jahrgang 1902 gehört, ein Jungenleben in der Zeit des Ersten Weltkrieges. Es ist kein Kriegsroman, weil der Krieg selbst nicht geschildert wird, und es ist doch ein Kriegsroman, weil alles, was der Junge in der zweiten Hälfte des Buches erlebt, bestimmt ist durch die Auswirkungen des Krieges. „La guerre, ce sont nos parents,- mon ami“ sagt ein französischer Freund zu ihm in einem Schweizer Hotel. Ende Juli 1914 halten ihn seine Eltern mit Ohrfeigen vom Kontakt zu dem „Prussien“ ab. Die bildungsbürgerliche Mutter – „was geht mich Serbien an?“ – muss widerwillig mit ihrem Sohn nach Deutschland zurückkehren. Ab nun ist alles vom Krieg bestimmt. Die Todesnachrichten, die immer häufiger im Städtchen eintreffen, der Hunger, der dazu führt, dass einem Schüler bei der Übersetzung des üppigen „Gastmahls für die Freier“ aus der „Odyssee“ die Stimme versagt: in der Schule kommt von alle dem nichts an. Die Professoren hatten keine Ahnung von den Opfern vor Verdun, aber sie kannten die Ausrüstung von Achills Myrmidonen bis ins Kleinste, heißt es. Die Jugend wird allein gelassen.
„Um uns Jungen kümmerte man sich kaum. Wir hatten uns mit dem Krieg abzufinden, wie er gerade war. […] Unsere Väter waren keine Helden mehr. […] Sie hielten einfach aus.“ „Eine neue Front entstand. Sie wurde von Frauen gehalten. Gegen die Entente der Feldgendarmen. […] Eigentlich gefiel uns diese Veränderung, denn sie weckte unsern Abenteuertrieb.“
Die Jungen lernen, die Gendarmen zu übertölpeln, wenn sie verbotenerweise von den Bauern Lebensmittel nach Haus bringen. Die Autoritäten brechen zusammen, als ein Vater nach Hause schreibt, dass der Krieg „ein kapitalistischer Schwindel“ sei und als der Schuldirektor eine angeordnete Siegesfeier durch das Verlesen der endlosen Liste mit den Namen der Gefallenen aus dem kleinen Ort torpediert und dafür entlassen wird. Fast noch mehr aber als diese Ereignisse beschäftigt den Helden des Buches etwas zu ergründen, was er und seine Altersgenossen nur „das Geheimnis“ nennen. Gemeint ist die Sexualität, über die sie von ihrer Umwelt ahnungslos gelassen werden. Als nach verschiedenen misslungenen Annäherungen schließlich eine junge Eisenbahn-Schaffnerin den Ich-Erzähler an die Aufdeckung des „Geheimnisses“ heranführen will, greift auch hier der Krieg zerstörend ein.
Der Roman erschien 1928 und wurde sofort ein internationaler Erfolg. Er verzichtet auf jede geographische Zuordnung, aber es ist bekannt, dass Gläser im hessischen Butzbach geboren wurde, in der Kleinstadt Groß-Gerau lebte und von dort mit der Eisenbahn nach Darmstadt zum Gymnasium fuhr. In seinem Erstlingsroman wollte er im Stil der „Neuen Sachlichkeit“ für eine ganze Generation sprechen, für jene Generation, die am Weltkrieg nicht beteiligt, aber vor ihm geboren und in und nach ihm aufgewachsen waren. In Absetzung vom herkömmlichen, an den Gymnasien immer noch im Mittelpunkt stehenden Idealismus der Deutschen Klassik wie von den exaltierten Ausbrüchen des Expressionismus, definierte sie sich als illusionslos, pragmatisch und tatkräftig. Diese zwischen 1900 und 1910 geborene „Kriegsjugendgeneration“ nahm Verhaltensmuster der „Generation des Unbedingten“ vorweg. Viele dieser jungen Männer gehören später zu jenen, die in den 30er und 40er Jahren die Elite des Nationalsozialismus bilden werden. Davon ist im Erstlingsroman von Ernst Gläser noch überhaupt nichts zu spüren, im Gegenteil: die drei Freunde des Ich-Erzählers sind ein Junge aus jüdischer Familie, der Sohn eines Gewerkschaftlers sowie der Sohn eines unabhängig denkenden Adligen, den man den „roten Major“ nennt.
Ein anderer scharfsichtiger Beobachter, der ebenfalls zu dieser Generation gehörte, Ernst Erich Noth (1909 – 1983) analysierte dieses Buch wenige Jahre später im französischen Exil für das französische Publikum, um den Weg dieser Generation in den Nationalsozialismus zu aus deren Lebensbedingungen zu erklären :
“On y signale les obstacles les plus graves qui s’opposaient au développement de la jeunesse, et la violence de ses réactions politiques, ainsi que le désespoir, le manque de perspectives matérielles et le déracinement aboutissant à des dispositions grégaires et à une volonté combative. […] la rue, le chȏmage, la vie sexuelle, les organisations sportives et surtout les groupements politiques, dont l’influence sur les générations grandissantes devient visiblement plus grande que celle des parents et des maîtres”. (Ernst Erich Noth : La tragédie de la jeunesse allemande. Paris: Bernard Grasset 1934, S. 190f Ernst Erich Noth: Die Tragödie der deutschen Jugend. Essay von 1934 · Deutsche Erstausgabe,. Hrsg. von Claudia Noth mit Anhang · Vorwort von Lothar Glotzbach.  Frankfurtg/M: Glotzi Verlag 2002.  )
Noth, der in dieser Generation zu einer Minderheit gehörte, die einen anderen Weg suchte, sollte auch für Gläser Recht behalten. Dieser hatte mit den Kommunisten sympathisiert, sein „Jahrgang 1902“ wurde 1933 von den Nazis verbrannt, der Autor emigrierte in die Schweiz und veröffentlichte dort einen Roman über den Aufstieg des Nationalsozialismus in der Provinz (Der letzte Zivilist“, 1935). Eine immer stärkere Rolle spielten in seinen Erzählungen Landschaft und Menschen der Rhein-Main-Region („Das Gut im Elsaß“, 1932; „Das Unvergängliche“, 1936). 1939 aber kehrte er wieder nach Deutschland zurück, aus Heimweh, wie er später sagte. Er schrieb nun als Redakteur für Wehrmachtszeitungen, politisch natürlich angepasst, wenn auch oft ins kulturgeschichtlich Unverbindliche flüchtend. Nach 1945 gewann er in der BRD als Romancier nie mehr die frühere Bedeutung; als Journalist gehörte er zu den Bewunderern von Bundeskanzler Adenauer.

Thomas Lange

Ernst Gläser: Jahrgang 1902. Göttingen: Wallstein Verlag, 2013.

Glaeser DEGlaeser FR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thomas Lange
Classe 1902 de Ernst Glaeser

C’est du point de vue d’un personnage de 12-16 ans que l’auteur qui faisait lui-même partie de la classe 1902 raconte la vie d’un adolescent pendant la Première guerre mondiale. C’est pas un roman de guerre parce que la guerre elle-même n’y est pas décrite et c’est pourtant un roman de guerre parce que tout ce qui arrive au gamin dans la deuxième partie du livre est marqué par les conséquences de la guerre. « La guerre, ce sont nos parents, – mon ami » lui dit un ami français dans un hôtel en Suisse. Fin juillet 1914, ce dernier est empêché d’avoir des relations avec le Prussien par une paire de claques de ses parents. La mère du narrateur appartenant à la bourgeoisie cultivée – «  en quoi ça me concerne la Serbie ? » doit contre son gré retourner en Allemagne avec son fils. A partir de là tout est déterminé par la guerre. Les annonces de décès qui arrivent de plus en plus nombreuses dans la petite ville, la faim qui amène à ce qu’un élève ait la voix qui lâche au cours de la traduction du copieux Repas des prétendants extrait de l’Odyssée : A l’école rien de tout cela n’a d’écho. Les professeurs n’avaient pas la moindre idée des sacrifiés devant Verdun mais ils connaissaient dans le moindre détail l’armement des myrmidons d’Achille, est-il écrit.. La jeunesse est livrée à elle-même.
« On ne s’occupait guère de nous, les garçons. Nous avions à nous arranger en fonction des circonstances de la guerre. […] Nos pères n’étaient plus des héros. […] Ils essayent de tenir, c’est tout ».
« Un nouveau front est né tenu par des femmes. Contre l’entente des gendarmes […] Dans le fond ce changement nous plaisait. Il attisait notre désir d’aventure ».
Les garçons apprennent à duper la maréchaussée pour ramener à la maison des produits de la ferme malgré les interdits. Les autorités s’effondrent quand un père écrit à sa famille que la guerre est «  une escroquerie capitaliste », quand un directeur d’école est licencié pour avoir torpillé une fête de la victoire ordonnée en égrainant les noms de ceux qui sont tombés à la guerre. Mais peut être encore plus que par ces événements, le héros du livre est préoccupé d’explorer ce qu’il appelle avec ceux de son âge «  le secret ». Il désigne par là la sexualité au sujet de laquelle ils sont laissé dans l’ignorance par ceux qui les entourent. Lorsque après plusieurs approches ratées, une jeune contrôleuse de chemins de fer veut amener le narrateur à la découverte du « secret », là aussi la guerre s’en mêle de manière destructrice.
Le roman paraît en 1928 et fut immédiatement un succès international. Il renonce à toute indication géographique mais il est connu que Glaeser naquit à Butzbach en Hesse, qu’il vécut à Gross-Gerau et que de là il se rendait en train au lycée à Darmstadt. Dans son premier roman, il voulait parler dans le style de la « Neue Sachlichkeit »(Nouvelle Objectivité) pour toute une génération qui n’avait pas participé à la guerre mondiale mais qui était née avant qu’elle ne soit déclarée et qui ont grandi pendant et après elle. Délaissant l’idéalisme traditionnel du classicisme allemand toujours en vigueur tout comme les exaltations de l’expressionnisme, elle se définissait comme sans illusion, pragmatique et énergique. Cette génération des « jeunes de la guerre » nés entre 1900 et 1910 préfigure les modèles de comportement de la « génération de l’absolu ». Beaucoup de ces jeunes hommes feront plus tard partie de ceux qui dans les années 1930 et 1940 formeront l’élite du nazisme. On n’en perçoit encore rien dans le premier roman d’Ernst Glaeser, au contraire : les trois amis du narrateur sont un garçon de famille juive, le fils d’un syndicaliste ainsi que celui d’un noble libre penseur que l’on appelle le « Major rouge ». Un autre observateur perspicace, faisant également partie de cette génération, Ernst Erich Noth (1909-1983) a analysé Classe 1902, quelques années plus tard en exil en France. S’adressant à un public français il expliquait le cheminement vers le nazisme de cette génération à partir de ses conditions d’existence :
“On y signale les obstacles les plus graves qui s’opposaient au développement de la jeunesse, et la violence de ses réactions politiques, ainsi que le désespoir, le manque de perspectives matérielles et le déracinement aboutissant à des dispositions grégaires et à une volonté combative. […] la rue, le chȏmage, la vie sexuelle, les organisations sportives et surtout les groupements politiques, dont l’influence sur les générations grandissantes devient visiblement plus grande que celle des parents et des maîtres”. (Ernst Erich Noth: La tragédie de la jeunesse allemande. Paris: Bernard Grasset 1934, pages 190 et suivantes. Traduction Paul Genty)
Noth qui faisait partie au sein de cette génération d’une minorité qui cherchait une autre voie allait avoir raison également pour ce qui concerne Glaeser. Ce dernier avait sympathisé avec les communistes, son Classe 1902 fut en 1933 brulé par les nazis. L’auteur émigra en Suisse, y publia un roman sur la montée du nazisme en province (Le dernier civil1,1935). Les paysages et les gens de la région Rhin-Main jouèrent un rôle de plus en plus importants dans ses récits (Das Gut im Elsass, 1932 Une ferme en Alsace non traduit ; Das Unvergängliche, 1936 L’impérissable non traduit). Mais en 1939, il revint en Alllemagne. Mal du pays, dira-t-il plus tard. Il devint rédacteur d’un journal de la Wehrmacht, politiquement adapté bien entendu même s’il fuyait souvent dans l’histoire culturelle dépourvue d’enjeux. Après 1945, il ne retrouva plus jamais, en RFA,  son importance antérieure ; comme journaliste, il fit partie des admirateurs d’Adenauer.

 

Ernst Gläser: Classe 1902. Paris: Les nuits rouges 2000

Thomas Lange
(Traduction Bernard Umbrecht)

1Grasset,‎ 2008, poche,
Print Friendly, PDF & Email
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Ce contenu a été publié dans Histoire, Littérature, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *