« Les blanches pour les morts » (Heiner Müller)

Pour la circonstance, ce poème de Heiner Müller, le tout premier de son œuvre poétique

Auf Wiesen grün
Viel Blumen blühn
Die blauen den Kleinen
Die gelben den Schweinen
Der Liebsten die roten
Die weißen den Toten

Heiner Müller Gedichte

Le poème n’a pas de titre. Je propose la traduction suivante  :

Dans les prés verts des fleurs
De toutes les couleurs
Les bleues pour les petits
Les rouges pour la chérie
Les jaunes pour les porcs
Les blanches pour les morts

Il existe une autre traduction dans le recueil de poèmes paru chez Christian Bourgois :

Dans les vertes prairies
Les fleurs épanouies
Bleues pour les garçons
Jaunes pour les cochons
Rouges pour la bien-aimée
Blanches pour les trépassés

Heiner Müller
Poèmes 1949-1995
Traduits de l’allemand par
J.L. Backès, J.L. Besson,
J. Jourdheuil, J.P. Morel,
J.F. Peyret, F. Rey,
H. Schwarzinger et M. Taszman
Christian Bourgois (épuisé)
(Il n’y a pas de nom de traducteur sous ce poème-ci.)
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Ce contenu a été publié dans Littérature, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à « Les blanches pour les morts » (Heiner Müller)

  1. ALiCe__M dit :

    Je ne sais pas l’allemand, mais je préfère – de loin- votre traduction, pour sa beauté et simplicité, en français.

    • Bernard UMBRECHT dit :

      Je ne tiens pas à opposer les traductions. Ce qui me gênait dans celle qui existait était l’absence du mot « morts » que j’ai essayé de réintroduire.

  2. Anne-Marie Soulier dit :

    Je ne découvre cette page qu’aujourd’hui…
    Oui, votre traduction me semble bien meilleure, en particulier parce qu’en plus des rimes et de l’exactitude elle conserve un rythme qui la rend prête à être chantée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *