#Marx200 « Le veau d’or est toujours debout…. »

Pour débuter une petite série d’hommage à Karl Marx, tout au long du mois d’avril, à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, le 5 mai 1818, à Trêves, un extrait de l’opéra Faust de Charles Gounod, né la même année que Marx, le 17 juin 1818. Je vous propose, avant d’écouter Paul Gay dans une représentation de l’Opéra Bastille, le 7 octobre 2011, de lire la ronde du veau d’or, extrait de l’acte II scène 3 :

Ronde du veau d’or

MÉPHISTOPHÉLÈS
Le veau d’or est toujours debout!
On encense
Sa puissance,
D’un bout du monde à l’autre bout!
Pour fêter l’infâme idole
Roi et peuples confondus,
Au bruit sombre des écus,
Dansent une ronde folle
Autour de son piédestal!…
Et Satan conduit le bal!
CHŒUR
Et Satan conduit le bal!
MÉPHISTOPHÉLÈS
Le veau d’or est vainqueur des dieux!
Dans sa gloire
Dérisoire
Le monstre abjecte insulte aux cieux
Il contemple, ô rage étrange!
A ses pieds le genre humain
Se ruant, le fer en main,
Dans le sang et dans la fange
Où brille l’ardent métal!
Et Satan conduit le bal!
CHŒUR
Et Satan conduit le bal!
Charles Gounod : FAUST Opéra en cinq actes, créé en 1859, année où Marx publiait sa Critique de l’économie politique ébauche du Capital.
Livret : Jules Barbier et Michel Carré d’après la pièce Faust et Marguerite de Carré, elle-même tirée du Premier Faust de Goethe

Pour retrouver les anciennes chroniques du SauteRhin consacrées ou évoquant Karl Marx, je vous invite à cliquer dans la colonne de droite sur l’étiquette Karl Marx.
Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans (Re)Lectures de MarxEngels, Arts, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *