Pour la presse allemande, Henri Loyrette, ex directeur du Louvre, n’est pas Mme de Stael

Les réactions allemandes à l’exposition du Louvre De l’Allemagne montrent à quel point la France et l’Allemagne ne peuvent plus se voir en peinture.

Anita Rée (1885 -1933) , "Autoportrait avec cactus"(1925) . Selon la Frankfurter Allgemeine Zeitung, grande absente de l'exposition "De l'Allemagne" au Louvre

« L’Allemagne n’a pas de peintres », écrivait un critique français dans l’entre-deux-guerres. On rirait de cet aveuglement nationaliste si cette opinion n’avait dominé en France au XIXe siècle et, à plus forte raison, après les deux guerres mondiales. Aussi n’a-t-on vu que fort peu de peintres allemands dans un musée parisien avant la fin du XXe siècle, précisément avant 1992 et « Figures du moderne », que le Musée d’art moderne de la Ville de Paris consacrait alors aux avant-gardes des années 1900 à Dresde, Berlin et Munich ».

Ainsi commence l’article du Monde consacré à l’exposition « De l’Allemagne » qui est actuellement présentée au Louvre. Il a été publié sous le titre « Qui a dit qu’il n’y avait pas de peinture allemande ? », dans l’édition du 30.03.13. En sous titre : « De Friedrich à Beckmann, le Louvre répare une injustice bien française avec une exposition d’une rare richesse »

Pour quelqu’un qui comme moi garde un immense souvenir d’une formidable exposition intitulée Paris Berlin (1900-1933) qui s’est tenue au Centre Pompidou, en 1978, où, contrairement à celle du Louvre, Dada, le Bauhaus étaient présents, ces propos sont un peu étranges. Il y a eu l’exposition Symboles et Réalités – La peinture Allemande (1848-1905) au Petit Palais en 1984 – 85.  A l’opposé de ce qui est en effet suggéré, nous ne partons pas de rien en matière de peinture allemande et cela date de bien avant 1992. Faut-il réinventer la roue chaque matin ?

Mais il me faut d’abord apporter quelques précisions pour expliquer pourquoi j’aborde cette question, ce qu’à priori je n’avais pas l’intention de faire puisque je n’ai pas vu ni ne verrai l’exposition du Louvre. Au prix actuel du TGV et au vu du contenu largement connu de l’exposition, je n’avais pas l’intention et n’ai toujours pas l’intention de faire le déplacement. Je le ferai pour Anselme Kiefer, cet été.

J’avais simplement signalé sur le compte twitter du SauteRhin l’existence d’un article très critique signé Niklas Maak de la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Une aimable non-germanophone m’ayant interrogé sur le contenu de l’article, il en résulte le travail qui suit, c’est-à-dire l’essentiel des reproches fait à l’exposition d’un point de vue allemand. Je m’étonne un peu, compte tenu de leur sévérité, de voir que cela ne soit repris nulle part. Tout comme je suis surpris de ne pas trouver dans la presse française écho d’un conflit entre Henri Loyrette désormais ex directeur du Louvre et les historiens du Centre allemand d’histoire de l’art. Ils ne sont pas contents et le font savoir. Ces derniers, selon le journal, se sont vus refuser l’accès du Louvre pendant le montage de l’exposition et auraient été stupéfaits de ce qu’ils y ont finalement découvert alors qu’ils l’avaient préparée.  A savoir :

« L’histoire en image d’un pays au bord du gouffre, pillé par des forces obscures, un pays qui, en passant par le romantisme, les mondes bizarres de Böcklin et un expressionisme à dominante verte, se dirige tout droit vers le national-socialisme ».

Le journaliste cite Andreas Beyer, directeur du Centre allemand d’histoire de l’Art : «  la subdivision de l’art allemand en un courant apollinien et dionysiaque ne vient pas de nous et cela ne nous paraît d’ailleurs pas très utile ». Elle est l’œuvre du Louvre sans concertation : « le Louvre a bricolé sa propre histoire à partir du matériel fourni par les Allemands  [là c’est le journaliste qui parle] et cette histoire confirme tous les clichés d’un voisin étranger et romantique, dangereusement sombre ».

Avant de passer à la période qui fait réellement difficulté, je fais un petit retour au texte du journal Le Monde qui résume la peinture allemande à l’invention de la géographie :

« Si l’art allemand ne peut se définir par son passé et ses maîtres, le peut-il par une spécificité particulière ? C’est, dans les termes de l’exposition, «l’hypothèse de la nature». Le paysage est en effet l’un des genres dominants. S’invente grâce à lui une géographie allemande, des Alpes bavaroises et saxonnes jusqu’à la Baltique, du Rhin à l’Elbe. Ses peintres, dont Friedrich est le plus grand, s’attachent à ce qui est le plus spectaculaire, mais aussi le plus ancien. A la suite de Goethe, ils se font géologues, glaciologues, météorologues. Plus de panoramas italiens fantaisistes, plus d’allégories ou d’historiettes : le paysagisme allemand du premier tiers du XIXe siècle, comme du reste le paysagisme anglais, n’est jamais tout à fait exempt d’une pensée de l’histoire naturelle du paysage, donc de l’histoire d’un territoire. Ce n’est pas ce à quoi l’on pense d’abord devant un Friedrich, qui attire le regard dans un espace vaste et profond, même si le tableau est de petit format ».

A propos de Caspar David Friedrich, je renvoie au texte de Kleist que j’ai récemment mis en ligne, tout autre chose qu’un point de vue de géologue

Pour Niklas Maak, c’est surtout la fin de l’exposition qui est problématique, en gros ce  qui vient après Adolph von Menzel et l’Expressionisme et se termine par Léni Riefenstahl, les Dieux du Stade (1936)  et Max Beckmann, l’Enfer des oiseaux (1938).  Il n’y a aucune œuvre de 1939.  Pourtant l’exposition traite de la période 1800-1939. Le directeur du Louvre a trouvé, apprend-on, la date de 1939  plus suggestive.

A propos de la fin, Le Monde écrit :

« On ne connaît que trop la suite. L’exposition aurait pu la rappeler avec les dessins de l’architecte Albert Speer, les toiles d’Ivo Saliger ou les bronzes d’Arno Breker  consternantes variations sur l’antique corrompu par le totalitarisme. Ces objets ne sont pas là – et, en effet, il n’aurait pas été acceptable qu’ils entrent au Louvre ».

Fort bien mais Leni Riefenstahl n’est-elle pas au cinéma ce qu’Albert Speer est à l’architecture ?  Qu’est ce qui rend sa présence à elle, au Louvre,  plus acceptable ?

Pour le journaliste allemand, l’exposition est devenue surtout par sa fin une « étrange construction téléologique », ce que précisément les historiens allemands de l’art auraient voulu éviter :

«  Celui qui ne lit pas les contributions du catalogue [48 euros] et ne suit que les indications données au fil de l’exposition  a l’impression que les Allemands après un court moment de fascination pour l’Antiquité se sont retirés dans leurs forêts où dans un fourré de mousse verte, sous les couleurs empoisonnées de la terre et de la moisissure, vers 1900, ils sont devenus fous avant de se retrouver dans le national-socialisme. »

Le reproche fait à l’exposition est de donner une vision d’un art allemand  qui conduit inéluctablement au IIIème Reich  au lieu de considérer ce qui s’est passé comme un « processus politique » pour lequel on cherchait aussi des alternatives.

« Ces alternatives, celles d’une Allemagne qui, après la 1ère guerre mondiale , y compris sous l’influence de la France a renoué avec ce que le romantisme contenait de potentiel des Lumières, sont trop peu présentes dans les dernières salles.

Il y a certes la Symphonie d’une grande ville mais pas de Bauhaus. Il faut chercher à la loupe pour trouver des exemples montrant comment l’esprit du classicisme de Weimar a été mené vers la modernité. De même, il faut chercher à la loupe les femmes artistes. Aucun tableau de Paula Modersohn-Becker, rien de Hannah Höch, d’une manière générale pas de Dada. Rien de l’importante artiste d’avant-garde Anita Rée qui, fille d’un commerçant juif de Hambourg a appris à dessiner des nus chez Fernand Léger à Paris, vivait en Italie avant de retourner en représentante de la Nouvelle Objectivité en Allemagne où, diffamée par les Nazis, elle se suicidera en 1933. »

De telles histoires qui auraient témoigné des influences européennes sur l’art allemand n’ont pas intéressé le Louvre.

« Arrivé à la fin de l’exposition, l’art allemand apparaît, à l’exception de Käthe Kollwitz, comme un art d’hommes peint en vert au bord d’un chemin singulier (Sonderweg) menant à la dépravation (…) On ne trouve pas trace d’un art qui ne serait pas le miroir de sombres catastrophes et qui ouvrirait sur des esquisses d’un possible autre vie ».

Je pense avoir extrait ce qui me paraît l’essentiel de ce texte. Il s’agit là d’abord d’un point de vue légitime bien sûr même si l’auteur donne parfois un peu le sentiment qu’il ne pourrait y avoir d’exposition sur l’art allemand que faite par les Allemands. Mais la sévérité de la critique et surtout l’importance des manques relevés – pas de Bauhaus, pas de Dada, pas de femmes,  mériteraient quelques explications de la part du Louvre. Il est vrai qu’il a mieux à faire : organiser des jeux-concours sur Twitter. C’est beau la culture !

Faut-il s’énerver de constater la persistance en France des clichés sur l’Allemagne se demande le Hamburger Tageblatt sous le titre : « Pour les Français les Allemands sont un peuple de poètes et de nigauds » ? En bref, faut-il s’énerver qu’Henri Loyrette ne soit pas Mme de Stael ?

Tout cela montre surtout que décidément rien ne va plus dans les relations franco-allemandes et que les deux pays ne peuvent même plus se voir en peinture.

L’article du Monde est en accès restreint pour les abonnés.
L’article de la Frankfurter Allgemeine Zeitung peut être consulté librement. Ainsi que celui du quotidien de Hambourg
En Suisse, le Tagesanziger parle du « béton français » (en français dans le titre) qui cimente les clichés.

Si vous repérez d’autres articles, merci de me les signaler.

 

Post scriptum :
voir la réaction du Centre allemand d’histoire de l’Art
Le journal Le Monde est revenu sur la controverse
Un historien de l’art français a également pris position

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Arts, Commentaire d'actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *