Sur les traces du vrai Docteur FAUST

Avant d’être un grand mythe, le Docteur FAUST était un personnage bien réel.


Non loin de Karlsruhe, en Allemagne, dans la petite ville de Knittlingen, le Dr Faust est présent à tous les coins de rue :

la pharmacie s’appelle Faust,  la machine à sous au restaurant Danse des sorcières et la pâtisserie Café hors du temps. La statue trône devant l’Hôtel de ville. Il y a son musée.

 

 

 

 

Et sa maison natale.

 

 

 

Le vrai docteur FAUST serait né ici, dans cette maison, peut-être en 1480.

 

 

Il y a encore bien des peut-être, beaucoup de conditionnels. Mais, peu importe finalement.

Il est sûr qu’un Faust a bel et bien existé. Peut-être même étaient-ils plusieurs. Il était astrologue, la science de son époque. Il s’adonnait à la magie. Il était ce que l’on appellerait aujourd’hui, un marginal, un original. En langue allemande, on dit de ce genre de personnage qu’il pense de travers, c’est-à-dire hors des sentiers battus. Il était en outre un vagabond, ce qui à l’époque n’était pas connoté négativement. Il ne vient pas d’un sombre moyen-âge mais du début de la modernité. Il a en tous les cas vécu dans une période de bouleversements, celle de Christophe, Colomb, Léonard de Vinci, Copernic, Martin Luther, de la Guerre des paysans en Allemagne (1525) , Rabelais, Paracelse, autre alchimiste, une période où, comme dirait Shakespeare, le temps est hors de ses gonds, où les idées neuves sont forcément une invention du diable, où les clercs perdent leur pouvoir avec l’apparition de l’imprimerie, cette autre “magie noire”. Un des compagnons de Gutenberg s’appelait d’ailleurs Faust. L’Eglise acceptait la magie blanche, divine, et condamnait la magie noire. Knittlingen son probable lieu de naissance était à l’époque déjà sur un axe de passage Nord Sud, entre l’Italie et les Pays Bas.

Il est frappant de constater avec quelle rapidité, très tôt le Dr FAUST est devenu un personnage littéraire. Son nom sonnait comme un avertissement et servait à l’édification des foules. La célèbre Historia von D. Johann Fausten parue en 1587 puis la diffusion dans les foires et sur les marchés du FAUST de Christopher Marlowe, en théâtre de marionnettes, contribuèrent à forger une légende populaire connue de Goethe qui écrira trois Faust de (Urfaust, Faust I et Faust II) en leur donnant une dimension incomparable.

Plusieurs témoignages contradictoires évoquent sa mort. Dans l’Historia, Faust passe la nuit fatidique avec des étudiants à Rimlich près de Wittenberg, la ville de Martin Luther. Ces derniers après avoir entendu la confession de Faust sur son pacte avec le diable partent se coucher. Après minuit, une violente tempête secoue la maison. Au lendemain d’une nuit d’enfer, les étudiants trouvent les murs maculés de cervelle et le corps de Faust sur le fumier.

Dans la chronique zimmernienne (i.e celle du Comte de Zimmern), connue en Forêt noire,  il serait mort une centaine de kilomètres plus au sud de son lieu de naissance, à Staufen, dans l’auberge zum Löwen . Son corps a été “ horriblement défiguré” au cours d’une explosion pendant une expérience d’alchimie. On en avait conclu conformément à l’air du temps que le diable en personne avait pris possession de son âme. Ne le considérait-il pas comme son cousin ? L’inscription sur la façade de l’hôtel précise que ces évènements sont intervenus au terme de la période de 24 ans que couvrait le pacte avec le Diable

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Histoire, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Sur les traces du vrai Docteur FAUST

  1. Ping : Le vers 11580 du Faust de Goethe | Le SauteRhin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *