En Allemagne aussi…et en Suisse

En Allemagne aussi, on essaie de s’inscrire – avec beaucoup de difficultés, il est vrai – dans le mouvement mondial de protestation du 15 octobre 2011. On trouvera ci-dessous la traduction du texte de l’appel pour Berlin.

La succession de phrases disparates dans la première partie du texte situe la diversité des situations sociales concernées. Elle donne une image de l’Allemagne quelque peu différente de celle – opulente – qui nous donnée en modèle à suivre. On relèvera la sensibilité aux questions de la surveillance informatique en pleine actualité en raison de l’ampleur du scandale révélé par les hackers de Chaos Computer Club. Ces derniers ont en effet montré que le logiciel espion de la police qu’ils on réussi à se procurer était non seulement illégal mais particulièrement mal conçu. Enfin, on notera l’affirmation qu’ils ne sont ni de droite, ni de gauche, ni écolos ni libéraux, simplement …indignés.

99% se présentent

Tu te demandes qui nous sommes ? Demande-toi aussi qui tu es toi. Nous sommes ceux qui jusqu’à présent  formaient la majorité silencieuse. Si  nous avons un emploi, nous allons  tous les jours au travail, nous y faisons aussi des heures supplémentaires pour tout juste boucler les fins de mois. Nous gagnons si peu que nous faisons en quémandeur notre pèlerinage vers le pôle emploi pour espérer gagner plus. On a besoin de nous pour des choses inutiles payées 1 euro de l’heure. Nous travaillons le week-end au noir pour pouvoir manger. Nous avons quitté l’université  avec un bachelor [bac +3 ou 4] et nous ne trouvons pas de travail tout en lisant qu’on ne trouve pas de main d’œuvre qualifiée. Nous soignons les vieux et les malades pour 800 euros par mois car ils ne semblent pas valoir plus.

Nous plaçons une part du peu que nous gagnons dans une caisse de retraite privée bien que nous nous ayons déjà admis l’idée de pauvreté pour les personnes âgées

Avec stupéfaction  nous observons le démontage de l’Etat providence et l’écart croissant entre les riches et les pauvres.

Incrédules, nous assistons à l’élargissement des attributions de la police dans le cadre de la guerre contre le terrorisme et ce qui en résulte : le contrôle de la population  par la conservation des données et INDECT. [Ce robot informatique perfectionné va faire une surveillance d’Internet en épluchant de façon automatique les sites web, les forums de discussion, les FTP, les réseaux P2P et même les ordinateurs personnels pour détecter les menaces et les comportements « anormaux » ou « violents » sur le net].

Avec étonnement, nous enregistrons les sommes avec lesquelles des banques et entreprises “trop grosses pour faillir” sont sauvées par nos impôts  alors qu’il nous en reste de moins en moins.

Personne ne nous aide mais avec nos impôts nous aidons ceux qui nous exploitent.

Nous avons des opinion et des visions différentes, nous ne pouvons être classés dans aucune catégorique politique traditionnelle, nous ne sommes ni de droite ni de gauche, ni écolos ni libéraux . NOUS SOMMES INDIGNES. Indignés par ce qui se passe dans notre société et nous reconnaissons la nécessité de faire connaître cette indignation. Nous ne voulons plus accepter une politique qui n’aide que les riches et nous reclamons de la transparence et le contrôle des processus politiques.

Nous voulons une démocratie authentique pour le bien de tous.

Nous sommes 99 % à souffrir de la domination  de 1% (…).

Et en Suisse :


Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Commentaire d'actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à En Allemagne aussi…et en Suisse

  1. Ping : Il s’est passé quelque chose, ce samedi 15 octobre 2011 | Le SauteRhin

  2. Ping : Dans l’ivresse des zéros, une expérimentation du non-savoir à grande échelle. | Le SauteRhin

  3. Ping : Occupy et pirates, des « je » à la recherche d’un « nous » | Le SauteRhin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *