Mots admis et mots impropres de l’année 2011

La linguiste Nina Janisch présentant sur son iPad le mot impropre de l’année 2011

Après Wutbürger (citoyen en colère que l’on pourrait aussi traduire par indigné) en 2010, la « Gesellschaft für deutsche Sprache »( = Asssociation pour la défense de la langue allemande, l’équivalent de notre association pour la défense de la langue française DLF ) a opté, pour le mot de l’année 2011, en faveur de Stresstest. On trouve également dans la liste des dix premiers mots Merkosy, arabellion, burnout etc….

Stresstest, mot issu du vocabulaire médical, a connu une présence forte en 2011 non seulement dans le domaine bancaire mais également nucléaire ainsi que pour le projet fortement contesté de la gare de Stuttgart.

Le mot impropre de l’année

Il existe depuis une vingtaine d’années, une autre association plus citoyenne et participative qui jette un regard critique sur des usages impropres du vocabulaire et veille à préserver la sensibilité à l’importance du choix des mots. C’est l’action « Unwort des Jahres » littéralement « non-mot de l’année ». Elle vient de rendre public son choix pour 2011.

Le mot impropre pour 2011 est Döner-Morde (Crimes Döner).

C’est ainsi que la police et la presse ont désignés une série de crimes perpétrés en série par un groupe terroriste néonazi. Pour l’association, le mot est particulièrement révélateur du fait que la dimension politique de ces meurtres ait été du moins occultée sinon sciemment ignorée. Le mot a servi à entretenir l’hypothèse selon laquelle les motifs de ces meurtres seraient d’origine criminelle et à chercher du côté d’histoires de drogue ou de racket. C’est ainsi que le mot Döner-Mord(e) (Crime(s) Döner) a influencé de funeste manière la perception de beaucoup de gens mais aussi d’institutions sociales. En 2011, le caractère raciste de l’expression est apparu en pleine lumière. Avec cette façon d’étiqueter de manière totalement inappropriée, à l’aide d’un stéréotype folklorique, une série de crimes terroristes d’extrême droite, des groupes entiers de la population ont été stigmatisés et les victimes elles-mêmes fortement discriminées, réduites, en raison de leur origine, à un produit de snack, a expliqué le jury

Parmi les autres mots faisant partie de la liste finale se trouve l’expression marktkonforme Demokratie (démocratie conforme au marché). Le motif du rejet de ce mot est expliqué de la manière suivante : la démocratie est une norme absolue incompatible avec une quelconque conformité à on ne sait quelle instance. L’expression provient d’un discours d’Angela Merkel dans lequel elle expliquait qu’il fallait trouver les voies pour « que la participation parlementaire soit malgré tout conforme au marché ». Même si l’expression est la plupart du temps utilisée dans un sens critique, elle témoigne d’une dérive inquiétante de la culture politique.

Avec ce dernier aspect s’esquisse une relation entre crise de la culture et crise de la démocratie.

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Commentaire d'actualité, Langue allemande, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *