Volontariat pour chacun et Allianz pour tous : l’ironie européenne d’Ulrich Beck et Daniel Cohn-Bendit

Ulrich Beck et Daniel Cohn Bendit ont lancé un appel  dont le but est de

« démocratiser les démocraties nationales afin de reconstruire l’Europe sur la base de ce cri de ralliement : « Ne demandez pas ce que l’Europe peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour l’Europe – Faites l’Europe! ». »

« Démocratiser les démocraties nationales » en les contournant par l’Europe. Est-ce que j’ai bien compris ?

« Nous demandons donc à la Commission Européenne et aux gouvernements nationaux, au Parlement Européen, ainsi qu’aux Parlements nationaux de créer une Europe « de citoyens activement employés », mais aussi de mettre à disposition les conditions financières et juridiques pour l’établissement d’une « Année Européenne de volontariat pour chacun », en tant que contremodèle à l’approche « top-down » qui prévaut actuellement en Europe, une Europe des élites et des technocrates ».

L’appel se termine par ces mots :

« L’Europe, c’est également l’ironie, c’est être capable de rire de soi-même. Il n’y a pas de meilleur moyen de parvenir à une Europe pleine de vie et de joie qu’à travers le rassemblement de citoyens européens ordinaires agissant de leur propre chef. »

Le texte du manifeste est ici

Alors ironie pour ironie : Un volontariat pour chacun et Allianz pour tous ?

La signature occultée dans l’information parue en France alors qu’elle est largement présente dans le presse allemande est celle de la Fondation pour la culture de la compagnie d’assurances Allianz, la société d’assurances qui a acquit 100% d’AGF en 2007, propriétaire de la Dresdner Bank qu’elle a cédé en 2008 quand ça  commencé à sentir le roussi. Cette « ONG »  sert en effet de soutien logistique à l’opération lancée par nos deux compères.

Alors ironie pour ironie : voici celle de la Frankfurter Allgemeine Zeitung

« Le manifeste aurait fait preuve de plus de sens des réalités si au lieu d’un appel quelque peu balourd à la participation et  au retroussage de manche en misant sur l’argent de l’économie en général elle avait parmi les terrains d’activité énuméré un certain nombre de banques qui n’attendent que l’occasion d’employer pendant un an ces volontaires ».
FAZ du 3 mai 2012

Alors ironie pour ironie : Peut-on imaginer refonder l’Europe sous l’égide des institutions financières qui en ruinent la démocratie ?

 

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Commentaire d'actualité, Humour, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *