Il était une fois la RDA, la preuve par l’encre rouge

Si, si, la RDA a existé ! Même qu’elle doit continuer à avoir existé ! La preuve par l’encre rouge d’une blague racontée par Slavoj Žižek

Sur le chemin des blagues à Calau en Basse Lusace. L’apprenti coiffeur passe son cul par la fenêtre*

« DANS UNE VIEILLE BLAGUE datant de la défunte République démocratique allemande, un travailleur allemand trouve du travail en Sibérie. Sachant que tout son courrier sera lu par la censure, il dit à ses amis : Mettons-nous d’accord sur un code. Si vous recevez de moi une lettre écrite à l’encre bleue ordinaire, je dis la vérité ; si elle est écrite à l’encre rouge, je mens. Au bout d’un mois, ses amis reçoivent la première lettre, à l’encre bleue : «Tout est formidable ici, les magasins sont pleins, la nourriture est abondante, les appartements sont grands et bien chauffés, les cinémas projettent des films occidentaux, il y a plein de belles filles peu farouches, la seule chose introuvable ici, c’est de l‘encre rouge. »
Slavoj Žižek  : Mes blagues,ma philosophie
Presse Universitaires de France 2014
page 120-121
Cette blague avait déjà introduit un autre texte de Žižek : Bienvenue dans le désert du réel
Si la RDA, que l’on appelait plus trivialement l’Allemagne de l’Est, n’avait pas existé, il aurait fallu l’inventer. Sans elle que serait l’Allemagne aujourd’hui à qui elle a fourni un président et une chancelière, où elle entretient le marché littéraire et cinématographique tout en servant de faire valoir à l’Allemagne post-démocratique, incapable de se définir positivement et autrement que comme gardienne de l’orthodoxie budgétaire, posture qui se retourne contre elle tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Je ne suis sans doute pas le seul à penser que l’Allemagne mérite mieux que ce rôle de garde chiourme que lui imposent ses dirigeants.
Depuis que la Rda a disparu, et je ne suis pas de ceux qui le déplorent, on a essayé de nous enfermer dans une fausse alternative : Ostalgie ou Ultralibéralisme, État de droit ou État de non droit, libéralisme étant par ailleurs synonyme obligatoire d’État de droit, de démocratie… En France où la RDA marche moins bien, elle est remplacée par la Corée du Nord à Ce soir ou jamais. RDA ou Corée du Nord, leur fonction n’est-elle pas de nous priver d’encre rouge, c’est à dire, si l’on suit le philosophe, d’alternative ?
Que nous dit en effet la blague de l’encre manquante ? Quelle est la signification de l’encre rouge ?
Slavoj Žižek se demande si la situation décrite n’est-pas la nôtre :
« N’est-ce pas encore notre situation? Nous avons toutes les libertés possibles, la seule chose qui manque, c’est l’ encre rouge : nous nous sentons libres parce qu’il nous manque le langage même qui nous permettrait d’exprimer notre absence de liberté. Ce que signifie ce manque d’encre rouge, c’est qu’aujourd’hui tous les principaux termes employés pour désigner le conflit actuel – guerre contre la terreur, démocratie et liberté, droits de l’homme, etc. – sont des termes faux, qui embrument notre perception de la situation au lieu de nous permettre de la penser. La tâche est aujourd’hui de fournir de l’encre rouge aux protestataires. »
Et aux autres.
De la disparition de la RDA, même Dieu ne s’en remet pas. Une autre blague du même livre  :
« Richard Nixon, Leonid Brejnev, et Erich Honecker [dirigeant de la RDA de 1976 à 1989] sont face à Dieu et l’interrogent sur l’avenir de leur pays respectif. A Nixon, Dieu répond : en 2000, les Etats-Unis seront communistes ! Nixon se détourne et se met à pleurer. A Brejnev , il dit : en 2000, l’Union soviétique sera sous contrôle chinois. Brejnev se détourne et se met à pleurer. Honecker demande : Et qu’en sera-t-il de ma chère RDA ? Dieu se détourne et se met à pleurer. »
Slavoj Žižek : Mes blagues,ma philosophie
Presse Universitaires de France 2014
page 105
* Le maître coiffeur UTZT devait continuellement fournir de quoi faire à son apprenti car le très alerte gaillard avait fini en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire. Ayant une nouvelle fois terminé les trois tâches fixées, alors qu’il demandait quoi faire d’autre, le maître d’apprentissage répliqua :
« Passe ton cul par la fenêtre ».
Lorsque l’apprenti au bout d’un moment revint, le maître-coiffeur UTZT demanda :
« Alors qu’ont dit les passants ? »
L’apprenti rétorqua :
« Ils ont dit bonjour Monsieur UTZT »
Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Commentaire d'actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *