Andreas Gryphius (1616-1664)
Threnen des Vatterlandes/ Anno 1636 (Les pleurs de la patrie)

Pour notre anthologie de la littérature allemande et à l’occasion du quatre-centenaire du début de la Guerre de Trente ans, ce sommet de la poésie baroque allemande.
La Guerre de Trente ans a commencé par la défenestration de Prague en mai 1618. Même si elle y a duré moins longtemps, elle a dévasté l’Alsace, décimé sa population et ruiné son économie. On l’appelle Schwedenkrieg, la guerre des Suédois. Avec la complicité du Roi de France qui saisira l’occasion pour mettre la main sur l’Alsace, ils ont notamment occupé le sud de la région y provoquant des soulèvements paysans qui ont laissé des traces dans les mémoires (L’expression Gare aux suédois était encore utilisée par nos parents en guise de menace répressive, me signale Daniel Muringer) et dans la poésie dialectale (Nathan Katz, Emil Storck).
Pour Dominique Vidal-Sephiha

Jacques Callot :
Les misères et les malheurs de la guerre / La revanche des paysans :

Tränen des Vaterlandes
Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Anthologie de la littérature allemande et alémanique / Schatzkästlein deustcehr und alemanischer Litteratur, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *