Cartes postales de Hambourg

Quelques images ramenées d’un récent séjour à Hambourg, un choix totalement arbitraire sans aucune volonté de donner une vue d’ensemble de la ville dont bien des aspects me seront restés totalement ignorés. Sous l’occupation napoléonienne, Hambourg était Département des Bouches de l’Elbe.

Voir aussi les suites 1 et 2

A Hambourg, on est très fier de compter plus de ponts qu’à Venise .

Et on nettoie tout ce qui peut faire tache même si le résultat est plus laid sans tag qu’avec.

Dans le quartier des anciens entrepôts

Soupe populaire. Je n’ai jamais vu lors de mes précédents séjours en Allemagne autant de personnes faisant la manche ou les poubelles qu’à Hambourg. Cela s’explique peut-être aussi par le fait qu’à l’évidence Hambourg est aussi une ville où il y a de l’opulence.

On ne parle jamais de la permanence du mouvement Occupy depuis novembre 2011 à Hambourg et ailleurs. J’y ai rencontré un ensoutané qui m’a tenu un discours apocalyptique et antisémite.

Deichtorhallen

J’étais le 34754ème visiteur individuel de cette installation d’ Antony Gormley depuis le 27 avril 2012.  J’en parle demain

La nouvelle Philharmonie dit aussi Philharmonie de l’Elbe. Les travaux sont au point mort depuis des mois à la suite d’un désaccord entre le constructeur et le gouvernement de Hambourg.

Un petit tour du port en bateau


Il parait que tout cela n’est pas encore assez grand. La course au gigantisme se poursuit.

De la Chine de l’Europe à la Chine d’Asie et réciproquement.

Dans le port, Le veau d’or, une sculpture d’Elisabeth Richnow. A contre jour, difficile de voir qu’il est vraiment doré.

 

 

Sankt Pauli



La crise s’appelle capitalisme et veut dire guerre. Hafenstrasse, ancien squat devenu propriété d’une coopérative.

Aucun humain n’est illégal. L’autre façon d’être de gauche.

Plage de Sankt Pauli.

Avant de dépenser l’argent il faut le tirer

 

Les medias

Le navire amiral de l’empire médiatique Grüner et Jahr (Magazines Stern, Capital, Geo, Gala etc ). Prisma presse est sa filiale à Paris (Femme actuelle).

Ils sont tous là.

Der Spiegel

Die Zeit

Et l’Eglise de scientologie a pignon sur rue sur la même place

Le monde entier veut notre argent. Une assez arrogante et choquante « une » de l’hebdomadaire die Zeit.  L’Allemagne comme Harpagon persuadée que le monde entier en veut « avec hystérie » à sa cassette. Avec une absence totale de distance critique, le journal fait l’amalgame entre la presse et les puissances financières allemandes : « notre argent ». Comme si c’était le leur. Et comme si cet argent « nous » était destiné. Le patron du journal réclame de la « sueur et des larmes » dans un éditorial qui ne lui en a pas coûté beaucoup.

L’ancien dans le nouveau

Reflet de l’Eglise Saint Michel

 

Intermède Beatles


Les Beatles ont fait leurs armes à Hambourg avant de devenir célèbres. Le musée qui leur était dédié vient de fermer ses portes. Reste la rue.

Faust


Auf strenges Ordnen, raschen Fleiß / Erfolgt der allerschönste Preis.

Ce n’est pas précisé mais il s’agit d’un vers du Faust de Goethe gravé dans le marbre. Il n’y a pas qu’en RDA donc que cela se faisait.

L’ordre rigoureux, le zèle et la rapidité remporteront le prix le plus splendide. Dit Faust devenu aveugle avant de conclure :

Dass sich das Werk vollende, // Genügt ein Geist für tausend Hände.– Faust II, Vers 11507 ff.

Pour que la plus grande des œuvres s’achève / L’esprit d’un seul suffit pour un millier de main.

Un principe capitaliste gravé dans le marbre

Faust justement, c’est encore ici :

Le Thalia Theater.

On y donnait Faust I+II,  huit heures de théâtre.

Décoiffant. On en parle après demain.

 

Print Friendly, PDF & Email
Ce contenu a été publié dans Commentaire d'actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Cartes postales de Hambourg

  1. Ping : Cartes postales de Hambourg / suite 2 | Le SauteRhin

  2. Dominique Vidal dit :

    Quel talent ! Bernard, tu photographies aussi bien que tu écris !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *